Rechercher
un établissement

valider

Ils ont rejoint
le réseau

Hôtel / Restaurant
Rhône Alpes

Voir la fiche

Restaurant
Languedoc Roussillon

Voir la fiche

Restaurant
Suisse Romande

Voir la fiche

Hôtel / Restaurant
Auvergne

Voir la fiche

Hôtel / Restaurant
Languedoc Roussillon

Voir la fiche
tout voir

Tourisme en France, un été record ?

Les premiers retours des professionnels de l'hôtellerie-restauration laissent entrevoir un très bon bilan de la saison estivale. Les Français sont partis en nombre en vacances, les clientèles européennes et anglo-saxonnes ont répondu présent et la France devrait maintenir son rang de première destination mondiale.

La saison estivale a été « remarquable » pour les professionnels français du tourisme, a confirmé lundi la ministre déléguée chargée du Tourisme, Olivia Grégoire. Ce n'est qu'un point d'étape à quelques jours de la fin du mois d'août, les premières données chiffrées demandent à être consolidées et l'arrière-saison (septembre-octobre) n'a pas encore commencé. Mais déjà, le tableau s'annonce rassurant.

Le soulagement est d'autant plus de mise que « les conditions n'étaient pas simples », a souligné la ministre. Canicules, sécheresse, méga-feux, inflation, pénuries de main-d'oeuvre, difficultés de l'aérien : les nuages étaient nombreux et faisaient craindre une saison en demi-teinte, après l'été désastreux de 2020 et le rebond de 2021.

« Année historique »
Mais les bonnes promesses de juillet n'ont fait que se confirmer. De juin à août, quelque 35 millions de Français, soit 7 sur 10, sont partis en vacances, selon les premières remontées de l'Insee, d'Atout France et d'ADN Tourisme. Nombre d'entre eux ont choisi de rester en France, un « patriotisme touristique » auquel s'est ajouté le retour en force des touristes étrangers : 25 millions d'entre eux ont visité l'Hexagone en juillet et en août, pour 15 milliards d'euros de recettes, selon Atout France. De quoi égaler la fréquentation de 2019, année record, et contribuer généreusement au PIB national.

« Je pense qu'on se dirige vers une année historique », avance même François de Canson, président d'ADN Tourisme et maire (ex-LR) de La Londe-les-Maures (Var). Encore incomplets, les quelques chiffres distillés lundi donnent effectivement le ton : la SNCF a, par exemple, écoulé plus de 23 millions de billets en juillet et en août, un record, et les dépenses en cartes bleues sont en hausse de 10 % par rapport à 2019 dans la restauration et l'hôtellerie.

Dans l'hôtellerie, justement, la recette moyenne par chambre (RevPar) a bondi de 22,2 % par rapport à 2019 - et même de 30 % en Île-de-France et en Paca, où les clients nord-américains et du Golfe, à « forte contribution », ont été nombreux dans les établissements de luxe. Sur la Côte d'Azur, le RevPar est ainsi passé de 170 euros il y a deux ans à 200 euros la nuit.

« Signaux encourageants » pour l'arrière-saison

Les campings ont eux aussi connu un été record, marqué par le retour de la clientèle internationale (+44 % sur un an), en particulier les Hollandais, les Belges et les Allemands. La barre des 130 millions de nuitées pourrait être battue, selon la Fédération nationale de l'hôtellerie de plein air, avec toutefois des disparités géographiques : les littoraux ont été plébiscités, l'intérieur des terres est en retrait par rapport à l'an dernier.

u total, le taux d'occupation de l'hébergement a été de 80 % en juillet en France métropolitaine, soit plus qu'en 2019. Les fers de lance sont le Centre-Val de Loire, l'Auvergne et, plus surprenant, la Bourgogne-Franche-Comté. A l'inverse, l'agence Savoie Mont-Blanc note une fréquentation stable mais une « baisse notable des sorties outdoor et aquatiques », impactées par les canicules et l'inflation.

La hausse des prix à la consommation a parallèlement tiré à la hausse la fréquentation des parcs de loisirs, solution de repli pour les ménages les plus contraints. Ceux-ci affichent un chiffre d'affaires en hausse de 18 % au mois de juillet et le mois d'août a été « très bon », fait savoir le Syndicat national des espaces de loisirs, d'attractions et culturels. Le Futuroscope ou la Mer de Sable ont connu des niveaux de fréquentation historiques.

L'arrière-saison, traditionnellement forte en France, affiche enfin de belles promesses avec « des signaux très encourageants », selon Olivia Grégoire - les taux de réservation sont notamment 10 points supérieurs à ceux de 2021. D'après Atout France, la période septembre-octobre pourrait représenter un gain potentiel de 10 milliards d'euros, rien que pour la clientèle internationale. Le secteur se prend désormais à rêver de dépasser sur l'année le record de 2019 de 90 millions de visiteurs.

Retour à la liste des actus